La stimulation

Fiche imprimable stimulation protocole Decapeptyl 3mg (ou Enantone ou Gonapeptyl)

Fiche imprimable stimulation protocole Decapeptyl 0,1mg

Fiche imprimable stimulation protocole Synarel

Fiche imprimable stimulation protocole antagoniste (Cetrotide ou Orgalutran)

 

 Les prises de sang pour les dosages hormonaux se font au laboratoire de la place Verdun les dimanches et jours fériés entre 9h00 et 9h30

Au cours d’un cycle menstruel normal chez la femme, un seul follicule arrive à maturité permettant la libération d’un ovocyte qui fécondé, donnera un embryon dont la probabilité d’implantation est de 20%.

Au début des années 80, Les premières grossesses in vitro ont été obtenues en cycle spontané mais avec des taux de grossesses faibles du fait d’un seul embryon obtenu dans la majorité des cas. De plus, les taux de "ponctions blanches" (sans récupération d’ovocytes) atteignaient jusqu’à 40%.

Le but de la stimulation ovarienne est d’obtenir un nombre suffisant d’ovocytes matures de manière à augmenter les chances d’obtenir des embryons.

Concernant l’insémination intra utérine, la stimulation est légère de manière à n’obtenir qu’un nombre limité de follicule. Sur le principe, elle correspond à la stimulation FIV sans sa phase de blocage préalable.

La stimulation en FIV avec blocage préalable par agoniste LHRH :

C’est le plus simple et le plus employé par les différentes équipes de FIV dans le monde.

1- La phase de blocage

- Les produits :

  • Décapeptyl® 3 mg (Gonapeptyl® ou Enantone® dans certains cas)
  • Décapeptyl® 0,1 mg
  • Synarel®

Ici, les agonistes sont débutés en fin de cycle précédent :classiquement au 25ème jour du cycle précédent pour le dosage à 3 mg et au 20ème jour pour le 0,1 mg. Dans tous les cas, le blocage ne doit pas commencer après le 1er jour du cycle suivant (1er jour des règles).

- Mode d’administration
:

une seule injection pour le produit retard (Decapeptyl® 3 mg) en Intra Musculaire (l’heure importe peu) ou des injections quotidiennes en sous cutanée pour le produit rapide (Decapeptyl® 0,1 mg).

Pulverisations intra nasales pour le Synarel® matin et soir pendant toute la durée de la stimulation. (cf. fiche imprimable)


- Déroulement du blocage :

Quinze jours après le début du traitement, une vérification des chutes de LH et d’œstradiol plasmatiques est réalisée au laboratoire par prise de sang, C’est le contrôle de désensibilisation (CDS). Si l’œstradiol est inférieur 50, alors le blocage a fonctionné. Une échographie attestant de l’absence de follicule supérieur à 12 mm peut également être prévue avant de commencer la stimulation proprement dite.

A noter que les médicaments utilisés pour la phase de blocage peuvent engendrer quelques effets indésirables de type bouffées de chaleur et petits saignements.

2- La phase de stimulation

- Les produits : ce sont des gonadotrophines.

  • FSH humaine recombinante : Gonal-F® / Puregon® / Pergoveris®
    Les 2 premiers produits cités sont disponibles en stylos. Le stylo peut rester à température ambiante. Les recharges sont stockées à 4°C .
  • hMG (human Menopausal Gonadotropin) : Fostimon® / Menopur® :
    Ces hormones sont un mélange associant FSH et LH en quantité égale. Les ampoules peuvent rester à température ambiante.

Les piqûres de gonadotrophines sont quotidiennes et quasi indolores, elles sont sous cutanées (dans le ventre) et peuvent être réalisées par la patiente elle même ou son conjoint. Si la patiente commence le traitement vers 20h00 le soir, elle devra essayer de respecter cette horaire +/- 2 heures. La stimulation dure classiquement un douzaine de jours.

- Déroulement de la stimulation :


Quel que soit le produit utilisé parmi ces 4 médicaments, le 1er jour de piqûres quotidiennes correspond au J1. Merci de dire à quel Jour vous êtes au moment du prélèvement. Cette prise de sang sera réalisée avant 9h30, de manière à pouvoir communiquer le résultat au gynécologue à 14h00.

Les dosages d’œstradiol sont toujours possibles tous les jours de l’année à Biopyrénées (ouvert 7 jours / 7 pour les dosages hormonaux et les urgences sur le site de la clinique Marzet entre 9h et 9h30 les jours fériés).

Les doses de stimulation sont décidées au cas par cas en fonction de la réserve ovarienne supposée des patientes. Elle est évaluée par le profil hormonal préalablement établi mais également par l’âge, par l’aspect échographique des ovaires et par les antécédents.

La surveillance hormonale (oestradiol, progestérone, LH) de la stimulation débute vers le cinquième jour de stimulation. La posologie est alors adaptée en fonction du résultat. La surveillance échographique se fait par voie vaginale à l'aide de sondes à haute définition.

3- Le déclenchement

Lorsque la maturation folliculaire est satisfaisante, on peut déclencher l’ovulation. Le déclenchement de l’ovulation impose l’arrêt des autres traitements.

- Les produits :

  • hCG recombinante : Ovitrelle® à dose unique de 250 microgrammes par voie sous cutanée. Le produit doit être stocké à 4°C .
  • Hormone Chorionique Gonadotrophique (HCG) à 5000 ou 10000 unités en Intra Musculaire.

- Déroulement du déclenchement :

L’heure d’injection est très précise, en général 21h00.
Le déclenchement est décidé lorsqu’il existe au moins deux à trois follicules de 16 à 18 mm de diamètre avec un taux d’œstradiol concordant au taux de follicules matures visualisés. Cette hormone permet le déclenchement de l’ovulation, le développement du corps jaune et la stimulation de la sécrétion de progestérone. En mimant le pic de LH, il y a reprise de la méiose pour les ovocytes bloqués en métaphase I.
Au moment du recueil ovocytaire survenant 35 à 38 heures après le déclenchement, les ovocytes ponctionnés sont donc normalement « matures » en métaphase II avec expulsion du premier globule polaire.

La stimulation en FIV avec antagoniste LHRH :

- Les produits :

  • Cetrotide®
  • Orgalutran®
Ces deux médicaments sont injectés en en sous cutané. Conservation à 4°C°. Ils empêchent le déclenchement spontané de l’ovulation. Leur introduction s’effectue au cours de la phase de stimulation, il n’y a pas de phase de blocage préalable. Les médicaments de la stimulation sont identiques au protocole précédent.
La surveillance (oestradiol, progestérone, LH) commence plus tôt car le risque d’ovulation pendant la stimulation n’est pas nul (selon les protocoles au 3ème ou au 4ème jour de la stimulation).

L'hyperstimulation ovarienne

Celle ci peut survenir quand le dosage sanguin d’œstradiol monte très haut. Elle correspond à une augmentation du volume ovarien, et éventuellement à la présence de liquide dans l’abdomen. Les complications de l’hyperstimulation sont rares mais potentiellement graves. Ce syndrome s’accompagne en général de nausées et vomissements : en cas de douleurs abdominales persistantes et non calmées par des antalgiques simples, avec des taux d’œstradiol supérieurs à 4000 pendant la phase de stimulation, il est recommandé de contacter votre gynécologue.

 

 
Revenir en haut Haut de page